COMMENT DEVENIR TRES RICHE ?   /Edito   
gros soupçon de malhonnêteté, deux cuillères à soupe d’opportunisme et  un beau bouquet de sémantique. Voici une recette d’après fêtes. Il vous faut : une idée, un paquet de roublardise, une bonne dose de mauvaise foi, un peu d’huile de coude, un gros soupçon de malhonnêteté, deux cuillères à soupe d’opportunisme et  un beau bouquet de sémantique. 


   
 

LIBERTE ASSOCIATIVE, J'ECRIS TON (RE)NOM ?/Vigilance

L’histoire du Miroir Vagabond et de son secteur est le récit d’une pratique associative en milieu rural, initiée et s’étant développée autour des besoins de terrain et pour répondre à des populations pour qui la société actuelle ne trouvait pas de place juste.
Nos actions d’éducation permanente visent à remplir des tâches au service de la collectivité tout en assurant une vigilance par rapport à l’exercice des droits fondamentaux et de favoriser un mieux-vivre ensemble, notamment via la pratique artistique et l’émergence d’actions collectives et citoyennes. 



 
ET SALVATORE   /Suzanne   
Suzanne partage ses dernières expériences de formation avec ses collègues. L’un d’entre eux lui parle de Salvatore Ricci. Il suit avec lui une formation de mécaniciens vélos à l’ECEPS, à Mont-sur-Marchienne, en promotion sociale, depuis un an. Par ailleurs, Salvatore est revendeur et réparateur de vélos depuis 4, 5 ans à Marcinelle.


 



CARTE BLANCHE  /Galerie   


 

DOMPTER LE MONSTRE   /Ailleurs  
Pour beaucoup, l’économie a le faciès du basilic, ce monstre légendaire qui tue quiconque le regarde en face. Une bête gigantesque et inattaquable, sournoise. Pourtant, pour ceux qui osent la braver, elle n’apparaît pas forcément invincible… Une dose d’humour, un brin de magie et beaucoup de créativité pourraient peut-être, qui sait, lui tirer la queue.


   

 

Ont participé à la réalisation de ce dossier :
Benoît Borrits, Julien Charles, Marie-Thérèse Coenen, Claire Frédéric, Paul Hermant,
François Moens, Isabelle FERRERAS, Philippe POCHET, Noémie Sonveau

      
La coopération : La coopération : un mouvement sans cesse renouvelé  
Le mouvement coopératif belge a une histoire riche et « polyforme ». Il a joué un rôle essentiel comme agent économique constitutif des organisations ouvrières socialistes ou chrétiennes. Son relatif déclin amorcé dès les années 1960 n’empêche pas la résurgence de l’idéal coopératif, comme alternative au chômage ou comme alternative à la société capitaliste.


   
 
Les coopératives, c’est une guérilla politique 
Avec François Moens, directeur de Propage-s, agence conseil qui entend « sensibiliser, susciter et accompagner des projets et des entreprises d’économie sociale » et qui brasse les projets par dizaines, nous avons voulu faire le point sur l’état des coopératives en Wallonie et à Bruxelles. Une rencontre riche au terme de laquelle on apprendra enfin qui de l’œuf ou la poule vient en premier …


 



 
 Les démocrates américains sont-ils socialistes ?  
Deux candidats aux primaires démocrates américaines, Bernie Sanders et Elizabeth Warren, avancent l’idée d’inclure des travailleurs au sein des CA des grandes entreprises, dans un pays qui est souvent considéré comme l’exemple même du droit du capital. Une avancée politique ? Une piste pour sortir du capitalisme ? Un impact sur les discussions syndicales européennes ? Conversation avec Isabelle Ferreras, Maître de recherches du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) et Senior Research Associate au Labor and Worklife Program (Harvard University), Philippe Pochet, directeur général de l’Institut syndical européen (ETUI) et  professeur à l’Université de Louvain (UCLouvain).


 

 

La coopérative : une rupture indispensable mais partielle avec le capital 
Cela fait un peu moins de deux ans que Benoît Borrits, chercheur militant et animateur de l’association Autogestion, a fait paraître aux éditions de La Découverte son très important « Au-delà de la propriété » dont le sous-titre « Pour une économie des communs » annonce une alléchante perspective politique. Nous n’en avions pas fait écho jusqu’ici et c’est un grand tort… On sort en effet de la lecture de ce livre perturbé et captivé par son analyse du modèle coopératif auquel il adresse une critique certes radicale mais qui a le mérite de garder les horizons ouverts… Bienvenue dans la non-propriété…